Sortir de l'histoire officielle

    


Confusions spirituelles

«Le 19ème siècle a inventé la locomotive. Flaubert a découvert la bêtise. J’ose dire que c’est là la plus grande découverte d’un siècle si fier de sa raison scientifique, car la bêtise ne s’efface pas devant la science, la technique, le progrès, la modernité, au contraire, avec le progrès, la bêtise progresse elle aussi. Ainsi la bêtise moderne signifie non pas l’ignorance mais la non-pensée des idées reçues. La découverte flaubertienne est pour l’avenir du monde plus importante que les idées de Marx ou Freud, car on peut imaginer l’avenir sans lutte des classes ou sans psychanalyse mais pas sans la montée irrésistible des idées reçues.»  (Milan Kundera – L’Art du Roman – 1986)
Je n'ai pas lu cet essai mais j'apprécie cette citation diffusée. La science et le progrès ne réduisent pas l'idiotie, l'imbécillité, la stupidité. Les idées reçues ont un bel avenir. Sinon je n'aime pas le bêtise, les bêtes n'ont pas à supporter nos inepties. Il y a le choix dans les nuances : idiotie (du grec ancien - sans éducation, sot, qui ne participe pas à la vie politique de sa république), imbécillité (incapable de raisonner, de comprendre et d’agir judicieusement), stupidité (sidération - stupeur).
 
Bertrand Russell - DE LA FUMISTERIE INTELLECTUELLE
«Dès lors que nous renonçons à la raison pour nous soumettre à l’autorité, nous ne savons plus à quel saint nous vouer. Qui fait autorité ? L’Ancien Testament ? Le Nouveau Testament ? Le Coran ? En dernière instance, nous nous en remettons au livre considéré comme sacré par la communauté qui est la nôtre et nous y sélectionnons les passages qui nous agréent, en faisant l’impasse sur les autres. Il fut un temps où le verset le plus significatif de la Bible était : « Tu ne souffriras pas que vive une sorcière. »

Un exemple contemporain de cette fumisterie, la physique quantique. Il y a peu de gens qui comprennent cette physique, c'est d'un niveau de math très peu accessible. Vu les "images" qu'elle nous apporte elle est source de fictions. Les groupes ésotériques et autres new-âge s'en servent pour rendre crédible leurs élucubrations. J'en fréquente et c'est dur de les ramener sur terre. Ils prennent des scintillements dans le ciel pour des signes de l'au-delà. Exemple nous serions traversés par 7 rayons. Et pour preuve de la valeur sacré du chiffre 7 il y 7 couleurs dans l’arc-en-ciel, et 7 notes de base de musiques. C'est Newton qui a inventé ce nombre de couleurs, l'arc en ciel a soit 6 couleurs ou une infinité. Newton aimait le symbolisme. S'il y a bien 7 notes en occident elles sont séparées par 12 demi-tons, zut ça ne colle plus. Après le camembert étiqueté sans colorant (la chasse aux colorants fut un temps une préoccupation mais en est devenue une mode), les savonnettes allégées en matière grasse et le vin végan il y a maintenant les cosmétiques quantiques.



Confusions par des théories économiques

Le millénarisme Robert Musil, les nazis ...

Philosophes et politiques la confusion ignorante

Maria Montessori, business et mysticisme

Rudolf Steiner Alice Bailey et autre tintouin ésotérique

Heiddegger vu par Wittgenstein - Les impostures du langage

Dissonance cognitive Crédulité, conditionnement, paréidolies, langue des oiseaux ...

"Et si le cerveau était bête" de Nick Chater.

Hanna Arendt Une philosophe de gauche ?

Onfray tourne au rouge-brun

Michel Ouellebecq

Sylvain Tesson fachos ?

Jacques Ellul soutien de l'apartheid & dictature de la "bien pensance"

Alain nostalgie réactionnaire d'une pseudo ruralité idéale

Conspirationnisme : socialisme des imbéciles et l'illuminisme

Visions de légendes Philippe de Villiers - vision folklorique de l'Histoire à des fins politiques

Osho et le management - Yoga et sexe

The Tree of Life : L'Arbre de vie de Terrence Malick


Eva Illouz : « Le développement personnel, idéologie rêvée du néolibéralisme »
Happycratie Comment l'industrie du bonheur a pris le contrôle de nos vies
 de
Edgar Cabanas & Eva Illouz Éditions Première parallèle
«Le bonheur se construirait, s’enseignerait et s’apprendrait : telle est l’idée à laquelle la psychologie positive prétend conférer une légitimité scientifique. Il suffirait d’écouter les experts et d'appliquer leurs techniques pour devenir heureux. L’industrie du bonheur, qui brasse des milliards d’euros, affirme ainsi pouvoir façonner les individus en créatures capables de faire obstruction aux sentiments négatifs, de tirer le meilleur parti d’elles-mêmes en contrôlant totalement leurs désirs improductifs et leurs pensées défaitistes.
Mais n'aurions-nous pas affaire ici à une autre ruse destinée à nous convaincre, encore une fois, que la richesse et la pauvreté, le succès et l’échec, la santé et la maladie sont de notre seule responsabilité ?
Et si la dite science du bonheur élargissait le champ de la consommation à notre intériorité, faisant des émotions des marchandises comme les autres ?
Edgar Cabanas et Eva Illouz reconstituent ici avec brio les origines de cette nouvelle « science » et explorent les implications d’un phénomène parmi les plus captivants et inquiétants de ce début de siècle

Autres balivernes fantasmagoriques
Le kosmos pour les Grecs anciens était la beauté dans l'ordre dans la vue d'ensemble de soldats bien rangés. En passant de ceci on en a tiré cosmétique !? Donc les Grecs voyait de cette beauté dans les astres, une harmonie. Ce qui n'est malheureusement que passager, un équilibre entre deux effondrements, les astres étant pris dans un éternel tourbillon.

Mesmer et mesmérisme «Au XXe siècle le mesmérisme n'a pas totalement disparu pour autant. Certaines de ses théories se poursuivent et se réinventent, notamment en cherchant une caution qui emprunte aux concepts issus des médecines traditionnelles asiatiques. C'est ainsi que les magnétiseurs contemporains ont délaissé le mot fluide qu'ils remplacent volontiers par le prana indien ou le qi chinois. On a vu par exemple se développer dans les années 1970 aux États-Unis la technique du Toucher thérapeutique qui reprend nombre des concepts du mesmérisme.»

Philosophes et politiques la confusion ignorante

Après avoir lu la critique du Philosophie magazine avril 2022 du livre "Macron ou les illusions perdues" je suis surpris par ses illusions. Qu’est que c’est que ces huluberlulus ? Il en a fait un bouquin, moi j’aurais honte. Certains intellectuels devraient se frotter un peu plus aux réalités. Sans s’associer à l’idée de luttes des classes, en traînant sur les ronds-points, dans les manifs et en se frottant par exemple à Orwell, ils sortiraient de leur naïveté, pour ne pas dire de leur ignorance.

 Tiré d’une critique du Philosophie magazine avril 2022 :
«...Il faut dire que la déception de l’historien des idées François Dosse est à la hauteur des espoirs qu’il avait placés en celui qu’il a connu jeune, bien avant qu’il ne devienne président de la République. En 2017, Dosse avait d’ailleurs signé Le Philosophe et le Président. Ricœur & Macron (Stock, 2017) pour le défendre contre ceux qui criaient à l’imposture et attester la réalité des affinités intellectuelles qui le liait à Paul Ricœur : oui, il avait existé entre le vieux philosophe et son jeune assistant, plus qu’une collaboration, une complicité et une proximité dans leur vision du monde. Dosse croyait même reconnaître « un parallèle entre la pensée ricœurienne et la politique préconisée par le candidat Macron », avec une exigence de justice sociale, un « attachement à une laïcité ouverte et bienveillante » ou « un souci de redynamiser la démocratie en pluralisant les responsabilités » notamment. Jürgen Habermas n’avait-il pas célébré le président français fraîchement élu comme un héros de la construction européenne, en louant sa « personnalité fascinante » et son « courage »  ?
Quelques années au pouvoir plus tard, la rupture était consommée… Et François Dosse de signer dès 2019 dans Le Monde une tribune fustigeant celui pour lequel il avait eu tant d’estime. Sans doute le sujet de l’immigration a-t-il fait naître ce désaveu. Mais, de manière plus générale, c’est la politique macronienne dans son ensemble que condamne Dosse en détaillant aujourd’hui les motifs de son mécontentement. Pratique verticale d’un pouvoir jupitérien, politique économique néolibérale, relégation de l’enjeu écologique au second plan, lois liberticides pendant la pandémie, caporalisation de l’Éducation nationale… Les griefs ne manquent pas dans ce véritable réquisitoire»

Maria Montessori, business et mysticisme
A lire la page Wikipédia c'est une pédagogie active mais cultivant l'individualiste. C'est donc bien pour les filles et fils de bourgeois, et de ceux qui ont des ambitions, avec cette pédagogie l'enfant sera épanoui mais aussi égoïste, très bien adapté à une  culture capitaliste.
entre business pédagogique et mysticisme anthropologique
  ou ici Montessori, entre business pédagogique et mysticisme
Extraits : «La « pédagogie Montessori » rencontre actuellement un véritable engouement et fait l’objet d’une intense promotion commerciale. Grégory Chambat analyse ici les fondements politiques et idéologiques – bien souvent occultés – qui la sous-tendent. Tant l’anthropologie religieuse qui la fonde que son caractère élitiste et individualiste la distinguent de la pédagogie Freinet et de l’image de simple « pédagogie de la bienveillance » que ses disciples mettent en avant.
Cet article est un résumé du chapitre consacré à la pédagogie Montessori dans le livre qu’il a co-écrit avec Alain Chevarin, De Montessori aux neurosciences, offensives contre l’école du commun, éd. Libertalia»
«S’il existe « une folie Montessori »1, le substrat idéologique qui, dès l’origine, fonde la pédagogie développée par Maria Montessori est rarement pris en compte, quand il n’est pas purement et simplement passé sous silence. D’ailleurs sa vie même est, dans le détail, peu mise en avant du fait de ses zones d’ombre.
... licenciée en philosophie, psychologie et biologie, elle a cherché, dès le début, à donner une caution scientifique à une conception largement vitaliste du développement humain, en phase avec le scientisme de l’époque.
Sa méthode pédagogique – fondée ... sur une anthropologie religieuse – repose sur l’idée que l’enfant porte naturellement en lui toutes les potentialités, et notamment une motivation « naturelle » pour apprendre, et qu’il suffit de les laisser se développer. L’approche par les sens est primordiale, car l’enfant posséderait un « esprit absorbant »
... instituteur débutant, Célestin Freinet lui-même présentait Montessori sous un jour élogieux alors même que ses préoccupations laïques et prolétariennes auraient pu l’en éloigner dès les origines. Revenu de ses enthousiasmes initiaux, il prendra progressivement ses distances. D’une critique initiale du matériel Montessori, « basé sur la psychologie ancienne qui cherchait à développer les facultés au moyen d’un matériel fixe », il s’insurgera ensuite contre la dimension élitiste de la méthode Montessori et ses connivences avec le régime fasciste à l’occasion du congrès de la Nouvelle Éducation. Celui qui sera, quelques mois plus tard, poussé à la démission par l’extrême droite française, déplore que : « La Nouvelle Éducation s’oriente franchement vers l’éducation des enfants bourgeois et la préparation pédagogique des mères bourgeoises qui ont quelque rejeton à choyer : conseils excellents pour ceux qui peuvent les suivre, réunions de mères, organisation d’écoles nouvelles richement payantes, livres au prix inabordable, etc. Tout cela ne manque pas d’intérêt, mais l’éternelle question nous harcèle ! Et les petits pauvres de nos écoles ?… Qu’ils se dé… brouillent n’est-ce pas ? ».
L’École émancipée, supplément du n° 28, 12 avril 1931. Dans les années soixante, de retour d’un séjour en Italie, il rapportera un portrait très sévère de ces écoles : « Je ne saurais vous dire le malaise et la peine que nous a causés cette résurgence d’une pédagogie 1900 dans le contexte matériel et social de 1963. Pas un bruit dans cette école de petits enfants qui sont normalement vifs et pépiants. Nous pénétrons dans une salle où l’atmosphère funèbre est accentuée par la présence presque immatérielle d’une religieuse. Les enfants sont là, silencieux et tristes, occupés à remuer les pièces d’un encastrement ou à passer les doigts sur les lettres rugueuses. Ils ne parlent pas. Et la religieuse elle-même nous confirme : nous ne leur parlons pas ! C’est une véritable école de sourds- muets. Il se peut que le matériel Montessori cultive certaines aptitudes de l’oreille, de la vue ou du toucher, mais la pratique elle-même en est aujourd’hui d’une incroyable inhumanité. Là, les enfants sont éteints de bonne heure, rien ne s’affirmera de ce qu’ils portent en eux de cette aspiration générale de l’être vivant vers la lumière, le progrès et la libération » (Freinet Célestin, « A propos d’une visite aux écoles de Milan », L’Éducateur, n° 7, 15 déc. 1963).
Au silence qui règne dans les écoles Montessori, où chacun est absorbé par sa tâche sans se soucier des autres, Freinet préfère l’effervescence qui naît de la coopération entre les pairs, de l’entraide dans et par le travail collectif. De surcroît, la conception même du travail diffère radicalement dans les deux approches. Au jeu répétitif et mécanique et à la standardisation des activités, Freinet oppose le travail véritable, la production et la création qui donnent sens aux apprentissages…
Élevée au rang de membre d’honneur de l’organisation féminine fasciste, elle rencontre Mussolini en 1924 et lui demande d’encourager la diffusion de sa méthode. En 1926, le Duce devient président d’honneur d’Opera Montessori, la Société des amis de la méthode Montessori.
Montessori et le régime de Mussolini
Voici ce qu’écrivait Marie Montessori à propos du leader fasciste : « Cet homme plein de curiosité, cet esprit extrêmement ouvert sur tout et qui veut tout connaître, posa un jour les yeux sur ma méthode. Il lui suffit de savoir que ma méthode jouissait de plus de crédit à l’étranger qu’en Italie, il promit son aide enthousiaste pour que soient instituées partout des écoles »13. Dans une lettre datée de 1931, elle établit elle-même un parallèle entre les principes fascistes et sa pédagogie qui produit des « personnages forts », fournit le « spectacle impressionnant de la discipline parfaite ». Elle y précise que « les “forces exceptionnelles” de notre race, encore mieux que celles d’autres races, pourraient y ajouter une valeur supplémentaire »14. Ce n’est qu’en 1934, douze ans après l’accession au pouvoir du dictateur fasciste, qu’elle rompt avec le régime. Depuis longtemps déjà le personnel de ses écoles portait l’uniforme fasciste, mais, lorsque le régime veut également l’imposer aux élèves, elle quitte l’Italie où ses œuvres sont brûlées et ses écoles fermées.
Au service de l’Église
Mais, ce qui frappe à la lecture de ses œuvres théoriques, c’est surtout la religiosité qui baigne l’ensemble, et sur laquelle le très conservateur Pape Pie X ne s’est pas trompé en saluant son livre Pédagogie scientifique comme une « œuvre de régénération de l’enfance »17. Son anthropologie et, partant, sa pédagogie, reposent en effet sur des fondements religieux. Parlant d’enfants et non d’élèves, elles les considèrent comme de pures créatures divines, non encore perverties par les vicissitudes de la vie adulte. Son livre de 1932 La Sainte Messe expliquée aux enfants, fondamental pour connaître sa doctrine, développe longuement ce point : « L’enseignement du Christ sur les enfants touche le cœur de leur éducation. Ils ont une personnalité différente de la nôtre et certaines impulsions spirituelles sont vivantes en eux qui sont souvent atrophiées chez l’individu devenu adulte […] Nous sommes tenus d’aider les enfants en leur enseignant ce qu’ils ont besoin de savoir sur la religion, mais nous ne devrions pas oublier que l’enfant peut nous aider aussi, car il nous montre le chemin vers le royaume de Dieu »
Un label qui fait vendre
La presse grand public contribue largement au « phénomène » Montessori. Elle dresse régulièrement la liste des « enfants de Montessori » : Larry Page et Sergey Brin, les fondateurs de Google, le créateur d’Amazon (Jeff Bezos) ou encore celui de Wikipedia (Jimmy Wales). « Au moins la moitié des entrepreneurs que nous avons interrogés pour notre livre The Innovator’s DNA [L’ADN de l’innovateur] sont passés par des écoles Montessori ou assimilées », fait remarquer Hal Gregersen, du Massachusetts Institute of Technology (MIT).
Autour de la « marque » Montessori se sont développées une quantité d’associations et d’entreprises qui vendent les matériels pédagogiques Montessori, spécifiques (boîtes à odeurs, lettres rugueuses, cloches musicales, coussins sensoriels, etc.) ou simplement estampillés Montessori (hochets, matériels d’emboîtement, boîtes de couleurs, abaques, jetons, etc.), à travers une publicité et une médiatisation savamment développées, via Internet notamment.
De ce fait, l’engouement autour de cette pédagogie amène de nombreux parents à s’orienter vers les écoles privées adeptes de sa méthode ou à investir eux-mêmes dans le matériel. C’est ce qui explique qu’elle serve de « produit d’appel » à beaucoup de celles et ceux que leur détestation de l’école publique et laïque conduit à multiplier les écoles privées hors contrat. Mais, on le voit, la réalité de cette entreprise idéologique, reposant sur des conceptions religieuses et une visée ouvertement prosélyte, est assez éloignée de l’image de simple « pédagogie de la bienveillance » que ses disciples mettent en avant.»

Osho et le management


De wikipédia. Même s'il n'est pas légalement responsable ce sont idées tourdues et son influence qui sont la cause de cet acte «
«Le problème de l'Oregon - Lors d'élections locales en 1984 dans le comté de Wasco, en Oregon, quelques proches disciples d'Osho ont, apparemment à l'insu de leur gourou, lancé une attaque bioterroriste contre la ville de The Dalles. Ils ont empoisonné à la salmonelle des habitants de The Dalles, afin de voir s'ils pouvaient, en rendant les gens malades, les empêcher d'aller voter aux élections locales et faire ainsi pencher le résultat en faveur de la communauté. 750 personnes furent ainsi intoxiquées, mais il n'y eut aucun décès. Osho révéla lui-même cet attentat de ses proches les accusant en outre de détournement d'argent, une affaire qui fit grand bruit. Mais ces accusations permirent aux autorités de mener une enquête directement dans l'enceinte où vivait la communauté — chose impossible jusque là, pour des raisons légales. Cette enquête fut à l'origine de l'effondrement de la communauté : Osho fut rapidement arrêté pour violation de lois sur l'immigration et renvoyé en Inde en 1985. Son arrestation eut lieu à Charlotte (Caroline du Nord), alors qu'Osho tentait de quitter le pays pour les Bermudes dans un jet, en compagnie de douze fidèles. »

De la lettre à Lulu 115 avril 2021 LE RETOUR DES ALLUMÉES
«Cabinet du maire et élus de la majorité s’offrent des séances de développement personnel avec un thérapeute inspiré par un sex gourou sulfureux. Les hautes sphères municipales cherchent leur « royaume intérieur ». Le guérisseur des âmes est un ancien élu vert. Il y a de quoi méditer...»
«Se revendiquer d’Osho, faut oser.Osho, c’est l’alias de Bhagwan Shree Rajneesh. Un « sex guru » prônant le coït comme expérience mystique, collectionnant Rolls (plus de 90), bagues, montres et bijoux en diamants. Implantée en Oregon dans les années 1980 où les adeptes jugés « négatifs » étaient dénoncés dans l’enceinte du camp gardé militairement, la secte décrète la majorité sexuelle des enfants dès 8 ans. Adepte des provocations antisémites et des blagues graveleuses, le « dieu cosmique » mort en 1990 a toujours des milliers d’adeptes en Inde et en Europe. Depuis Zurich, la fondation veille sur les marques déposées Osho® et « méditation dynamique »®. En 2018, puisant dans les archives de la secte, la série documentaire Netflix Wild wild country a ravivé cette mémoire trouble, jusqu’à l’empoisonnement des restos du patelin voisin qui a conduit les adeptes en taule. Il faut se méfier des voisins aux airs patelins.»
Ça revient de temps ce genre de blague «Outre de la thérapie individuelle dans son cabinet, Magnen vend régulièrement de l’ouverture des « sept chakras », de la « méditation dynamique d’Osho », de la « rencontre de son enfant intérieur » guidée par une voix mielleuse de curé et des sons de gongs. Il vend des formations aux directeurs de collectivités via le Centre national de la fonction publique territoriale, aux cadres sup’ de Danone ou à RMA, filiale à Vertou d’Harmonie mutuelles. Grâce à Magnen, le développement personnel va construire des leaders politiques éclairés de l’intérieur. Pour ne pas être accusés de pollution lumineuse, il leur faudra penser à éteindre, la nuit.»

Trouvé sur la page facebook de https://metadechoc.fr/
«L'équipe de Johanna Rolland, maire de Nantes, a versé plus de 20 000 euros pour des séminaires de coaching politique avec un thérapeute promouvant la méditationd’Osho.
Ceux qui ont vu la série documentaire “Wild Wild Country“ sur le “gourou du sexe“ apprécieront. Au programme également : tantra-yoga, yin et yang, "pensée jungienne" et même "physique quantique“.
Extraits de l'article L'Express, paru cette semaine : https://www.lexpress.fr/.../quand-la-mairie-de-nantes-s...

« En 2017, Dominique Vincent était pourtant l'un des invités vedettes à Saint-Herblain (en périphérie de Nantes) pour le cycle de conférence "Nouveaux pouvoirs Nouveaux leaders" organisé par Jean-Philippe Magnen et son association Psypol. Un événement, dans lequel on pouvait aussi écouter le chaman Arnaud Riou ou le spécialiste de méditation transcendantale Peter Wrycza, et qui a bénéficié d'une subvention de 4500€ de la part de Nantes métropole, comme de la présence de Johanna Rolland. »
« Pour Nicolas de La Casinière, directeur de la Lettre à Lulu, il s'agit de "la négation de la politique si on rapporte tout à l'individu en se disant que la clé de conflits internes - comme cela arrive dans tout groupe social - est le moi intérieur inconscient, avec besoin d'un thérapeute pour le décrypter, plutôt que la défense des idées et des points de vue. Il y a là une dérive avec des méthodes de management inspirées du new age que l'on trouve dans le monde de l'entreprise, mais qui sous couvert de modernité se répandent aussi dans les collectivités, à l'image de la méditation transcendantale ou de la programmation neuro-linguistique“. »
L’enquête de La Lettre à Lulu (à l’origine de l’info) : https://lalettrealulu.fr/.../la-lettre-a-lulu-n115-sommaire/»

Yoga et sexe
Atman: enquête sur une secte multinationale du tantrisme Publié le : 29/11/2023
«La police française a mené, mardi 28 novembre 2023, une large descente contre une secte internationale de yoga tantrique, la fédération Atman, et arrêté des dizaines de ses cadres pour traite de personnes, endoctrinement et séquestration. Parmi eux, se trouve son gourou, Gregorian Bivolaru, un Roumain qui poussait les adeptes féminines à coucher avec lui pour une prétendue élévation spirituelle. Notre correspondant en Inde, Sébastien Farcis, a enquêté pendant deux mois et parlé avec plusieurs victimes. Il révèle comment cette secte procède.
...
La musique est douce et planante. La lumière du coucher de soleil irradie la salle, située en haut d’un hôtel de Rishikesh, une ville sainte du nord de l’Inde. Au centre de la pièce, une cinquantaine de jeunes en habits décontractés avancent les yeux fermés, les uns après les autres, dans une allée formée par leurs compagnons. D’un pas hésitant, chacun se laisse alors caresser par les mains des autres pratiquants. « Connectez-vous à vos sensations, déconnectez votre esprit et ressentez les énergies d’amour des autres », encourage la professeure, Purusha Ananda, vêtue d’une tunique rouge. Cette « marche de l’ange » représente le premier exercice d’un cours de yoga tantrique, offert par l’école Mahasiddha.
...
Ce camp de yoga de MISA sert, ... selon ces anciennes adeptes interrogées par RFI, de centre de recrutement de jeunes femmes pour Gregorian Bivolaru. 
Peu après y avoir participé, Stella, une Anglaise, a été emmenée à Paris pour rencontrer ce maître du mouvement de tantra, pour une « initiation sexuelle ». Un voyage qui prend rapidement des formes de traite de personnes : Stella a d’abord rendez-vous dans une station essence parisienne. Là, deux Roumains la placent dans une camionnette et lui mettent des lunettes opaques et un chapeau sur la tête, qui lui empêchent de voir où elle va. ....»

Michel Ouellebecq
Par Didier Eribon https://www.facebook.com/photo/?fbid=3082341668752328&set=a.2002950943358078 «Dans la conférence que je donnerai le mois prochain à Bruxelles sur « Violence et passion : de la fascination pour le fascisme », je m’arrêterai quelques instants sur la manière dont la presse européenne, qui aujourd’hui s’inquiète de l’irruption dans la campagne électorale française d’un lamentable idéologue fasciste, raciste, misogyne, homophobe… (Zemmour), n’a cessé depuis des années de promouvoir un autre idéologue fasciste (Houellebecq) lequel n’a pourtant jamais cherché à dissimuler sa proximité intellectuelle (si on ose dire) et politique avec le premier, sous prétexte que ça serait de la littérature (de la bien mauvaise littérature d’ailleurs)
Il y a donc une participation active de ces médias, au nom de la critique littéraire, à la diffusion dans l’espace public de tous les thèmes et de toutes les obsessions de l’extrême-droite et plus largement de la perception fasciste du monde, de la sensibilité paranoïaque et haineuse du fascisme
Quels sont les ressorts de cette fascination pour le fascisme dans le monde de la culture dès lors que l’idéologie nauséabonde se présente sous un habillage littéraire ou même quand elle est crûment énoncée par un écrivain en dehors de tout cadre littéraire (une réunion publique par exemple organisée par un hebdomadaire d’extrême-droite - récemment condamné pour injures racistes à l’encontre d’une députée de la France insoumise - et dont les vedettes grimaçantes étaient Zemmour et Houellebecq)
Le plus étonnant est que si Zemmour déclare qu’il veut renvoyer des millions d’immigrés dans leurs pays, cela suscite l’indignation de la gauche, mais quand Houellebecq déclare qu’il veut « déclencher une guerre civile pour expulser les musulmans », on dit simplement qu’il avait trop bu ce jour-là
Si l’on veut analyser la montée du fascisme, il faut bien sûr analyser le rôle que jouent dans ce phénomène les médias de droite (ce que tout le monde fait) mais aussi les effets que produisent plus insidieusement et peut-être plus efficacement le soutien constant et la complaisance de certains secteurs du champ culturel de gauche (journaux, institutions culturelles, festivals littéraires…) à la mise en place des schèmes mentaux délétères d’une révolution conservatrice
Comme l’avait déjà dénoncé Paul Celan, la mythologie littéraire, l’idéologie de la littérature peuvent engendrer d’effarantes conséquences
(Photo : l’annonce en 2020 par le journal d’extrême-droite Valeurs actuelles d’un recueil de textes de Houellebecq)»

Valeurs actuelles octobre 2022 «À l'origine revue d'information boursière reprenant le contenu de l'hebdomadaire Finance, Valeurs actuelles devient peu à peu un journal d'opinion et généraliste. Sa ligne éditoriale libérale-conservatrice se radicalise en 2012 avec l'arrivée d'Yves de Kerdrel à sa tête. Le titre est classé à l'extrême droite de l'échiquier politique par la plupart des observateurs.»

Jacques Ellul
Soutien de l'apartheid
https://www.facebook.com/photo?fbid=10230565560590965&set=a.1798094080354

«En deux mots : Jacques Ellul ancien prof à Bordeaux est devenu une icône intouchable, qu'il est de bon ton de citer à tout bout de champ par la gauche comme par la droite, précurseur de je-sais-pas-quoi, etc.
Parmi ses héritiers et apologues on trouve José Bové, Noël Mamère, Guillebaud, Jean-Michel Apathie et même Yves Frémion qui l'ont fréquenté à Bordeaux.
Bref, intouchable, il en coûte cher de s'en prendre à une telle personnalité.
Pourtant une poignée d'irréductibles témoins à l'époque, oculaires et auditifs savent qu'en plus d'être chrétien et écolo-tartuffe il était un brin raciste soutenant le régime d'apartheid en Afrique du Sud.
Sources ? Demandaient les hargneux !
A part un petit passage dans un livre de Frédéric Rognon rien à se mettre sous la dent.
Bingo j'ai trouvé, et pourtant c'était à portée de main, dans un article de SUD-OUEST-Dimanche du 25 août 1985.
Il me manque encore la source qu'il avait bien voyagé en Afrique du Sud du temps de l'apartheid, mais avec une délégation RPR ! ... Bref, la poignée d'irréductibles résumait par "justifier l'apartheid, enfin non, le "développement séparé", nuance !
Qualifier Nelson Mandela de terroriste et craindre une dictature communiste dans ce pays..."
On peut constater à la lecture de ce document que c'était loin d'être exagéré et qu'il mettait tout sur le dos de l'ANC.
Pour en savoir davantage sa page wikipedia :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Ellul
Et mieux la discussion :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:Jacques_Ellul »
De cette dernière page : Afrique du Sud - Apartheid
«Il me parait indispensable et nécessaire à propos de J. E. de mentionner sa prise (inique) de position concernant l'Afrique du Sud, l'apartheid, l'ANC et le "terroriste" (d'après J.E.) Mandela. Source : "une pensée en dialogue de Frédéric Rognon" déjà dans les sources pourtant !
J'apprends au-dessous que le même Rognon fait dire à Ellul que Marx est un malfaiteur... Ayant lu l'essentiel des bouquins d'Ellul, je ne vois rien qui vienne appuyer ses dires. Je ne vois nulle part chez Ellul de prise de position inique concernant l'Apartheid (mais que les critiques occidentales unanimes et dirigées contre la seule Afrique du Sud prouvaient avant tout l'immense lâcheté de cet occident-là. Cf "Trahison de l'occident). Donc, le Rognon me semble louche. J'attends des sources plus directes !
Bonjour ! J'ai fini par trouver la source, bien réelle, de Frédéric Rognon. Elle se trouve dans un assez long article de Jacques Ellul paru dans SUD-OUEST-DIMANCHE du 25 août 1985.»

Dictature de la "bien pensance"


https://www.facebook.com/tzvetan.lietard/posts/pfbid0...
«Quizz - qui a écrit ça ? (il ya une cinquantaine d'années).
Ce sont les seules mentions du journal dans un livre de 500 pages.
Pour la deuxième page, l'exemple m'avait paru très mal choisi, ne serait-ce que grâce à Choron.

Ellul qui parle ici en Zemmour et Naulleau de son époque, en polémiste avide de flétrir l'autonomie intellectuelle et tout ce qui peut la représenter, en particulier aux yeux des "profanes" (Hara Kiri, référence "contre culturelle", en particulier pour la "culture jeune", faite par des "représentants de la diversité" de l'époque, comme Wolinski et Cavana, oeuvrant dans des domaines sans légitimité traditionnelle comme l'humour et la bande dessinée et dont les prétentions intellectuelles - "liberté d'expression", "provocation", jeux formels - ne peuvent être légitimitées que par les intellectuels les plus "purs", "sans racines", "de gauche", etc), la flétrir par les tactiques de subversion symbolique les plus mécaniques : retourner leur purisme et leur art de la "distance au rôle" en manque de sérieux (hypocrisie - la "bonne conscience" plus le thème "vous êtes déjà récupérés et en fait ça vous arrange"-, infantilisme - "le gauchisme maladie etc"), faire retomber sur eux les reproches normalement réservés aux représentants de l'héteronomie, aux intellectuels d'appareils et en particulier aux intellectuels d'Eglise, sur un mode parfois digne du "c'est celui qui dit qui est" (la rupture avec les croyances traditionnelles ne pouvant se justifier que par un dogmatisme qui doit être bien pire , le refus des prébendes, des indulgences à vendre et autres sources de bénéfices tout temporels ne pouvant être inspirés que par un ascétisme maladif, toute velléité "critique" étant censée cacher une manœuvre de "police de la pensée" visant à instaurer une "dictature" de la "bien pensance", etc)»

The Tree of Life : L'Arbre de vie de Terrence Malick
« The Tree of Life, comme tous les Malick, est empreint de spiritualité. Mais ici, c'est rien de le dire. Le film ressemble parfois à un clip born-again Christian, à une publicité pour secte new age. Les visions cosmiques de Malick ne sont pas toujours d’une grande légèreté, d’une totale finesse, d’une réinvention plastique évidente. » Les Inrockuptibles
C'est ainsi que j'ai ressenti ce film, dans l'esprit des fondamentalistes chrétiens réacs et sexistes.
Ce qui est troublant c'est que le festival de Cannes a palmé cette pub pour ces fondamentalistes, ou tout au moins pour son esprit.
Je me souviens du passage ou après le chaos par un plan sur un champ de tournesols le film voulait ramener la sérénité.
C'est certains les fleurs c’est guilleret.
Manque de pot ce champ était peut-être bourré d'engrais, fongicides, insecticides ... et c'était tout à fait une image de rangs de petits soldats proprets. Est-ce son idéal humaniste ?


Haut de page   Page en amont

Des visites régulières de ces pages mais peu de commentaires.
Y avez-vous trouvé ou proposez-vous de l'information, des idées de lectures, de recherches ... ?
Y avez-vous trouvé des erreurs historiques, des fautes d'orthographes, d'accords ... ?
Ce site n'est pas un blog, vous ne pouvez pas laisser de commentaires alors envoyez un mail par cette adresse robertsamuli@orange.fr
Au plaisir de vous lire.